Deux ans et des poussières

Ca fait plus de deux ans que je suis célibataire. Que fait-on en deux ans et quelques de célibat ? On se remet de la rupture, déjà. C’est très long, en tout cas dans mon cas ça a été un quasiment an. Forcément, quand on est avec son chéri depuis deux ans, qu’on habite ensemble depuis longtemps, qu’on est sur le point d’acheter une maison, qu’on parle mariage… le choc est rude d’entendre « Ca ne va pas, c’est fini » un matin au lever du lit. Comment? Qui? Où? Gros choc, d’autant plus que l’autre reste ferme, à coup de  « c’est fini-fini » et « je préfère être tout seul, deux c’est trop compliqué ». Oui, j’ai essayé de comprendre, discuter, vouloir laisser du temps, rien à faire. J’ai donc atterri où je pouvais (merci la famille) le temps de retrouver un job, un appart et surtout mes esprits.

Ensuite, on essaye de sourire à des dîners entre amis qui se mettent en 4 pour vous présenter des gens. Puis doucement on se rend compte qu’il y a vraiment d’autres hommes: au bureau, dans le métro, quand on fait du sport, au supermarché. Et puis on s’inscrit sur un site de rencontres pour augmenter ses chances, puis un deuxième car il a l’air marrant. Et on veut rencontrer quelqu’un parce que « maintenant, c’est bon, je suis prête ». (Pensais-je).

Alors j’ai échangé des e-mails avec des parisiens, des provinciaux, des belges, un mec aux USA, chatté sur MSN, bu des verres avec plein de gens dont j’ai oublié le nom et le visage. Sans suite. J’ai rencontré un ami que j’aime d’amitié. J’échange des lettres papier avec un autrichien. Et je me suis fait briser le coeur bien comme il faut. Trois fois (j’y reviendrai).

Depuis, je n’ai pas eu d’histoire sérieuse, et je suis trop prude peut-être pour envisager un plan Q sans lendemain. Hé oui, j’ai essayé il y a des années, c’était comme dans Amélie Poulain : on se mordille la lèvre pour ne pas rigoler. Aucun sentiment, ça ne fait pas d’effet, on se demande vraiment ce qu’on fait là. Non merci… J’ai envie d’un homme dans mon lit et de sa chaleur contre mon corps, mais pas si je sais que ça ne durera que 2H. Comment vous faites, les filles, pour enlever cette barrière? Car vous l’aurez compris, mon corps de femme n’a pas connu un corps d’homme en deux ans de célibat.

Trop naïve, trop prude, je ne sais pas. Je n’ai pas envie de forcer le destin non plus… et que ça m’éclate à la figure. Le dernier homme que j’ai désiré m’a tellement blessé, que c’est d’autant plus important aujourd’hui de connaître un minimum l’homme qui explorera mon intimité.

Je disais que mon coeur a trois fois été brisé. Alors la première fois, l’échange était intense, mais virtuel. Ainsi, l’homme que j’ai rencontré cet après-midi là ne correspondait pas tout à fait à ses photos, mais je m’étais attachée à ce qu’il m’avait écrit durant des semaines, un flot de sensibilité qui sortait presque malgré lui de son inconscient, son enfance, bref, des confidences. Des bisous et une tentative de calin plus tard, je ne me sentais pas prête à aller plus loin avec lui, sachant qu’il vivait très bien son célibat. Il ne laissait aucun avenir pour nous deux, dans deux villes éloignées par 2H de TGV.

Une autre fois, j’y ai vraiment cru. Une amie commune nous a présenté. Cette fois-ci, c’était réel et bien ancré dans le présent. Elle m’avait tellement dit que c’était l’homme parfait pour moi… Je le crois toujours d’ailleurs. Il est grand (j’aime les hommes très grands), beau et sent le sable chaud 😉 Niveau caractère, tout à fait compatible avec moi. Bon, et le hic alors? Eh bien il aime les nanas très typées. Typées plutôt… exotiques. Etant caucasienne, on ne pouvait faire plus éloignée de son type de femme. Pourtant j’ai tout fait pour le voir et le revoir, mais il n’a jamais été sensible à mon charme. Trop blonde… J’ai passé des mois à être sous son charme, mais de manière unilatérale. Tant pis…

La troisième fois est plus violente. Au printemps, j’ai envoyé un message à un jeune homme sur un site de rencontre (on ne se refait pas…). Ca a tout de suite accroché. On a papoté par emails et par chat durant quelques jours, avant qu’il ne propose de venir me voir. Il habitait plus au nord que moi. Vive le TGV ! Ainsi, nous avons passé trois jours à nous apprivoiser, à se découvrir, trois jours de balades et de fous rires. Jusqu’au moment où je tâte le terrain. Après tout, il repartait le lendemain chez lui, et même pas un bisou… Pourtant, les signes étaient là. Alors j’ai osé demander si l’on se reverrait en tant qu’amis, ou plus. Catastrophe, car tout ce qu’il a trouvé à faire c’est reprendre ses affaires et partir sur le champ. Je n’ai plus jamais eu de nouvelles depuis. Il poste sur les réseaux sociaux, donc il est bien vivant. Mais pas assez pour oser me dire que… j’étais trop moche pour lui? Pas assez à son goût ?

Passons sur la rencontre que j’ai faite outre-atlantique, persuadée que ce musicien bohème était LE bon. Que voulez-vous, quand je flashe sur quelqu’un, je suis tout feu tout flamme.

C’est amusant, plus je raconte mes histoires ici, plus d’autres me reviennent en tête… La suite au prochain épisode 🙂

 

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « Deux ans et des poussières »

  1. Parait que c’est quand on s’y attend le moins que ça arrive ….
    En tout cas je te souhaite que ça arrive, mais attention je te souhaite un truc bien : pas un mec en soldes ou en mousse, qui fera pas le taf, juste un mec chouette pour toi !

  2. Parfois je crois qu’on ne sait pas que ça va durer 2h juste on plonge, on tombe le temps que ça dure après on verra. Puis parfois on sait mais on sait que plus ça serait du gâchis.

    1. J’aime bien ta réponse. Je me suis rendu compte ces jours-ci que j’avais un gros problème: j’imagine chaque rencontre comme étant la bonne et qui va durer, ce qui ne laisse pas de place à ce genre de plongeon…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s