Archives du mot-clé choix

C’est une décision

« Etre plus heureux, c’est une décision. »

Je viens d’entendre cette expression, et bien évidemment je l’approuve.

:$

J’ai déjà parlé ici sur mon blog des choix qu’on fait dans la vie, parce que c’est une évidence pour moi depuis longtemps que tout choix comporte une conséquence. Et que choisir d’être heureux se décide tout autant que le reste, avec les mêmes conséquences.

Exemple :

  1. « Je décide de rester à mon boulot ».
  2. « Je décide de changer de boulot ».

Dans le 1er cas, c’est très simple et rapide puisqu’on enchaîne chaque semaine comme la précédente sans rien faire de particulier. Dans le 2nd cas, il faut revoir son CV, lire des annonces, envoyer des candidatures… Et peut-être qu’on restera à son poste. Mais c’est un choix qu’on fait tous les matins en fin de compte.

Nous avons les cartes en main, il faut en avoir conscience tandis que bien souvent nous attendons beaucoup des autres, nous attendons un moment particulier ou bien pire, nous attendons d’avoir le temps. Et que se passe-t-il après ? On se plaint de la tiédeur de sa vie, des relations avec les autres, des événements de sa vie ? Mais qu’a-t-on fait pour changer ça ? Rien. Alors sauf miracle, les choses ne bougeront pas, c’est vous qui devez bouger.

J’entends certains soulever la question de fond: oui, mais ce n’est pas moi qui me rend malheureux, c’est mon conjoint, mon boulot, mes amis, mes voisins bruyants, mon chef insupportable, mes enfants, etc.
C’est pourtant vous qui êtes là en train de vivre la situation, tandis que d’autres qui sont dans les mêmes conditions s’en vont ou font autrement (entament une discussion poussée avec leur conjoint / changent de boulot / revoient la place de leurs amis dans leur vie / déménagent / etc).

Vous voyez, quelle que soit la situation, c’est vous qui la vivez. Même si vous êtes employé, en couple, en famille, c’est vous seul qui pouvez parler et penser pour vous. Et c’est toujours vous qui choisissez d’être passif ou actif. Tout comme pour le bonheur: passif, ça viendra bien un jour… ou pas; actif: allez, je change les choses, je veux être heureux !

Vous commencez par quoi ? 🙂

J’ai suivi un atelier en ligne hier soir, qui m’a bien reboostée car il a mis en valeur qu’en chacun de nous, il y a des forces que l’on peut mobiliser pour avancer. Je sais que mes forces ne sont pas les vôtres et inversement, mais que ce soit vous ou moi, on est capable d’avancer parce qu’on est tous capable de faire des choix. Rester, ou partir. Parler ou se taire. Donner ou reprendre. Sourire ou se morfondre.

Souvenez-vous qu’au final, on a toujours le choix. Que la force soit avec vous 😉

Publicités

Abstraction en assiette mineure

La réalité / les clichés… Tout un monde. Moi, j’aime connecter les deux pour rétablir les faits.
C’est pareil pour l’histoire, les gens ou les habitudes de vie, j’aime savoir ce qu’il en est car l’homme est trop fort pour créer des raccourcis.
« Charlemagne a inventé l’école ». Et voilà tout ce qu’on retient d’un homme aux multiples facettes.

Concernant l’alimentation, non non, ce steak dans votre assiette n’est pas une chose abstraite. C’est un animal mort, qui a un jour couru, gambadé, et… ha oui, pardon. Cet animal n’a rien fait de tout ça, il a vécu misérablement dans un espace réduit. Je vous épargne les détails pour le reste, vous trouverez les infos tout seul si vous le voulez.

Alors, premier pas : avoir un peu de respect pour ce que vous avez dans votre assiette est une bonne chose.
Ensuite, l’étape suivante sera de vous demander ce que vous avez vraiment envie de mettre sur votre langue, dans votre bouche, dans votre gorge, dans votre corps. Donc dans votre assiette.

On se soucie tellement de l’air qu’on respire (met-on sa tête sous un peau d »échappement? Non, bien sûr), des produits qu’on met sur la peau (met-on de la Javel sur la peau? Non, bien sûr). Et surtout, on dit à nos enfants « ne touche pas ça, c’est sale!! » ou bien « Ha non, ne mets pas ça dans ta bouche, ça vient de par terre! ».

Et nous, que mettons-nous dans notre bouche ?
D’où est-ce que ça vient ? Comment c’est fait ? Est-ce sain ?
Je ne vous dis pas oui, je ne vous dis pas non. A vous de faire votre opinion. Mais pour ça, vous êtes d’accord, il faut se renseigner !

A vous enfin de commencer votre réflexion sur vos habitudes. Sont-elles vraiment bonnes? Peut-on les changer?
L’étape suivante sera de vous demander comment.

Bon courage 🙂

PS: pour vous aider concernant l’alimentation, la lecture de ce livre est comme ce billet de blog, mais en 362 fois mieux. Il ne dit pas quoi faire, il donne les infos pour choisir quoi faire. Et cette attitude, c’est la vie. On l’apprend de nos parents… mais on l’oublie très vite une fois consommateur omnipotent, non ?
>>> http://www.amazon.fr/Faut-manger-animaux-Jonathan-Safran/dp/2879297095

Corneille is hell

Il m’est venu une pensée terrible hier. Un choix Cornélien dramatique qui me laisse perplexe.

Imaginons que la bonne fée du Destin se penche vers moi et me dise : « je vais donner vie à tes rêves, tu peux choisir entre ces deux vies. Choisis bien… »

– Rencontrer un homme fait pour toi, vivre une vie de couple heureuse jusqu’au dernier jour MAIS à côté de ça tu devras gagner ta vie avec un boulot moyen et ennuyeux.

– Vivre de ton Art, en ayant assez de revenus pour vivre tranquillement mais à côté de ça, tu seras toujours célibataire.

Eh bien pour être honnête, j’aimerais très fort que le premier choix se réalise. Ma solitude, je l’apprivoise difficilement.
Mais la seconde option est géniale. J’en rêve. Je bosse dur pour ça. D’ailleurs on est samedi, 18h10 et c’est seulement ma 2ème pause de la journée…

Mais merde, imaginons que cette fée existe et que malgré nous, elle nous assigne l’un ou l’autre des chemins de vie? NON NON, tu m’entends la fée? Je veux un homme dans ma vie, ET AUSSI payer mon loyer avec mon activité.

*soupir*

Couple