Archives du mot-clé coeur

Oui mais non. Suis-je chiante ?

Allez, une note un peu plus gaie et moins intime cette fois-ci !

L’homme du solfège était absent la semaine dernière, je n’ai donc pas pu papoter avec lui après le cours.
Je m’étais demandé si j’oserais lui proposer un ciné par exemple, histoire de le connaître un peu plus, et ailleurs surtout.

Ce soir pendant le cours, je me disais que finalement, il ne me plaisait pas tant que ça physiquement.
Mais après le cours, il m’a invitée au restaurant. Très gentiment, d’ailleurs, demandant : « qu’est-ce que tu dirais si je t’invitais au restaurant, à la crêperie, par exemple, disons… demain ? »

Alors je rigolais toute seule comme une débile en rentrant chez moi, mais au même temps…
Je ne peux m’empêcher d’être traversée par des courants contradictoires: à la fois l’excitation d’avoir à nouveau un RDV avec un gars, et aussi des doutes.

Est-ce LUI, avec qui je passerai les moments dont je rêve ?
Est-ce LUI qui pourra être mon épaule, mon ami, mon amant ?

Je ne sais pas.
On verra…

Dans un de mes films préférés (Sliding Doors), je craque pour cet acteur loin d’affoler mes hormones, mais qui est tellement mimi, tellement attentionné, tellement drôle… que j’en tomberais amoureuse pour sûr :

Alors on verra pour mister solfège !

Publicités

Es-tu ma bouée ?

Voilà par quoi je devrais commencer quand je rencontre un mec.

Si le gars est gentil, posé mais un peu fou, amusant et simple, c’est ce que je devrais demander, pour être honnête.
Car dès que j’entre-aperçois la chaleureuse possibilité que le mec pourrait être « mon mec », mon coeur saute un peu. Oh, rien de visible, rien d’extravagant, juste un petit « oh, c’est peut-être lui ! » Et j’espère.

J’espère qu’il me sortira de ma solitude et qu’on sera trop chous et que tout ira mieux.

Oui, mais… Si je suis toujours déçue après. Si je trouve des défauts là où je n’en voyais pas avant. Si ça ne marche pas…

C’est que je projette bien trop de choses sur l’autre.

Je le sais, pourtant, mais je me fais avoir à chaque fois.

true love

Pourquoi j’attends ?

C’était la question de ma copine Connasse Parisienne.

Bonne question, qui m’a laissée baba.
En effet, pourquoi ? Pourquoi j’attends autant des news d’un mec que je ne connais pas et qui m’a simplement proposé un RDV ?

Parce que j’ai accumulé trop de déceptions ces derniers mois ? Dans ce cas, ce n’est pas sa faute à lui, c’est moi qui ne gère pas mes émotions.

Parce que j’ai facilement le blues en ce moment, et que je compte beaucoup (trop) sur les autres pour me remonter le moral ? La situation inverse surgit et PAF, ça m’atteint pas mal.

Parce que j’avais beaucoup misé sur lui ? Il avait l’air tellement bien. Tellement sympa, rigolo, tout tout tout. Oui, mais je ne le connais pas…

Merci pour ta question, mon amie, elle est pertinente. Et me recadre 🙂

Pom pom pom, bis.

Toujours pas de nouvelle de l’homme au RDV. Super…
Je pensais à toutes les raisons que j’ai imaginé pour comprendre son silence, j’en ai listé quelques unes dans mon dernier article mais il y en a bien plus. Dont une qui n’appartient qu’à lui et que j’espère connaître un jour.

Du coup ça m’a fait repenser à toutes les rencontres que j’ai faites depuis plus de 3 ans. Parmi celles qui m’ont marquées :

Je suis allé aux USA pour rencontrer un mec avec qui je papotais depuis 3 semaines.
(alors si le gars a peur de 100km, hein, c’est une mauviette, moi j’en ai fait 7 000.)

J’ai re-rencontré un mec. Oui, deux fois un premier RDV, c’est pas banal !

J’ai accueilli un Belge chez moi, avant qu’il ne me plante sans raison. Et quelques mois avant, j’avais rencontré un autre Belge, chez qui j’ai passé une petite semaine. Me dire qu’ils se croisent sûrement dans le train tous les matins me fait bien rire aujourd’hui 🙂

J’ai embrassé Nico, l’homme presque parfait mais avec qui rien ne s’est déroulé comme prévu, et avec qui ça s’est fini en queue de poisson. Je crois que c’est le dernier homme de qui j’ai été amoureuse, dont j’ai apprécié tenir la main et admirer les tâches de rousseur.

J’avais déjà rencontré un autre Nico avant, qui m’avait embrassé mais je n’ai pas senti que c’était bien de le faire en retour. Entre temps, il avait vu une autre nana et « sous le coup de la bière, ils ont couché ensemble ». Ah bah, tant mieux pour elle.

J’ai aimé, flirté, séduit, vu, rencontré, touché et même dormi (oui, juste dormi) avec des gars, mais yen a pas un qui est devenu mon compagnon.

Je commence à me dire que ça craint, mais comme tout est relatif, je vais me concentrer sur mon smoothie banane/poire/cannelle. Oui, oui, fait maison. Bon lundi à vous !

Une étoile de plus

Il y a une étoile de plus dans mon coeur depuis hier soir.
Ma petite Chocolat s’est éteinte.

Je me souviens encore du jour où je l’ai rencontrée, avec sa soeur. Elle était couleur chocolat, tachetée, une patte toute noire et une patte blanche. Sa soeur était toute orangée, couleur caramel (mais je l’ai appelée Boudha) (oui, avec un seul D).

J’étais partie pour avoir une amie pour ma première cochon d’inde afin qu’elle ne reste pas seule, mais voilà que ces deux petits doudous étaient ensemble. Hors de question de choisir l’une et laisser l’autre! Impossible de choisir, c’était impensable et cruel. Du coup, j’ai pris les deux à la maison. Voilà, j’avais 3 cochons d’inde, 3 petites compagnes à pattes, avec chacune leur caractère et leur façon de faire.

Chocolat, c’était la peluche, la gentille, la douce boule de poils qui n’a jamais causé de souci.
Si les deux autres sont agitées (et un peu relou, j’avoue), elle faisait sa vie en silence, doucement, à son rythme. Elle était la première à crier quand je préparais à manger (les fameux « pouiiiiiiiiiiic pouic » stridents) .

Ma petite Choco, je suis fière d’avoir été ta maman pendant ces 4 ans.
Repose en paix, ma douce.

madoudouchoco

Chocolat.
2010-2014