Archives du mot-clé vélo

La parenthèse du passage secret

Lors de mon voyage à vélo cet été, il est arrivé plusieurs fois que je marche à côté de mon vélo, tellement les routes étaient sinueuses et en côte.
Lors d’une de mes pauses, une voiture s’est arrêtée à mon niveau pour me demander si ça allait, et si je voulais boire quelque chose. C’était un petit papy qui gentiment m’a indiqué sa maison: « la première en entrant dans le village, une barrière blanche, vous verrez ! »

Et non seulement il m’a offert à boire, mais il m’a préparé un déjeuner, occasion tombée du ciel. Son village, je l’avais imaginé plus grand, avec peut-être une épicerie où trouver de quoi me ravitailler pour le midi, mais il n’y avait rien de tel. L’avoir rencontré était donc miraculeux.

C’est un petit papy qui habite à Paris mais qui vient dans la maison de famille très souvent. Il m’a montré le domaine, la maison… c’était extraordinaire de découvrir un lieu comme celui-ci que je n’avais rencontré que dans les romans: l’immense domaine date du XIXè et s’étend sur plusieurs annexes. Auparavant, un fermier occupait une dépendance et faisait paître ses animaux, les faisant dormir la nuit dans la grange. Aujourd’hui, c’est le petit papy qui tout seul essaye de maintenir le lieu au mieux en taillant les arbres, ratissant les feuilles, peignant les volets…

Je ne sais pas si vous avez lu Le Grand Meaulnes, mais j’ai vécu cette mystique sensation d’un lieu incroyable, comme d’un autre temps, et pourtant là sous mes yeux. D’ailleurs, en anglais, Le Grand Meaulnes a été traduit par « The lost domain ». C’est exactement ça !
C’est comme si j’étais dans un lieu secret, et pour y accéder, il y avait un seul chemin caché, qu’il faut mériter de trouver.

Ce petit papy m’a envoyé plein de SMS durant la fin de mon voyage, il voulait être rassuré sur ma condition physique, savoir si ça allait… J’avais un peu coupé court parce que justement, ce voyage était une parenthèse dans ma vie quotidienne. Je ne voulais pas être dépendante de mon téléphone ou de quoi que ce soit d’autre. Nous sommes quand même restés en contact, et quand il m’a annoncé revenir dans la région pour quelques jours, je l’ai invité à venir voir mon petit atelier en passant.

Et hier après-midi, mes amis m’ont fait la surprise de me prêter leur voiture pour quelques jours. Alors ni une ni deux, ce matin je me suis mise en route pour aller voir le petit papy chez lui. J’ai revécu mon voyage à vélo, j’ai reconnu des arbres, des virages, des hameaux… C’était magique. Puis j’ai retrouvé le domaine tel qu’il était dans mon souvenir: merveilleux, irréel, nimbé de mystère et de calme. Imaginez-vous une bâtisse ancienne couverte de lierre, avec un jardin où se nichent des arbres centenaires, des bosquets, un bassin, les oiseaux pépient, les feuilles tombent doucement autour de vous…

Aujourd’hui, j’étais dans le Grand Meaulnes. C’était parfait.

 

Retour aux sources

Je reviens de mon road(bike) trip. J’ai passé 7 jours à rouler dans ma région, avec mon vélo équipé de sacoches et ma tente.

J’ai mangé des mûres le long des chemins, j’ai contemplé les étoiles dans le ciel bleu marine, j’ai dormi dans les champs bercée par les hiboux, j’ai vu des arbres centenaires et je rentre neuve: cette expérience de retour aux sources m’a remplie d’humilité, de sourire, de reconnaissance, de bien-être… je cherche les mots mais ils semblent petits et faibles pour décrire toute la beauté des paysages, de la souffrance physique, de la lutte pour continuer à rouler sur des routes difficiles mais aussi des rencontres humaines faites de gentillesse simple.

Le monde peut glisser sur moi: je viens de faire un truc extraordinaire.
Je me sens prête à affronter la rentrée, le défi financier, les délais administratifs, les nouvelles idées à trouver… J’ai tellement vécu l’essentiel (se concentrer pour avoir à boire, à manger et un lieu où poser la tente) que le reste semble maintenant… facile 🙂

Et vous, ça a été comment les vacances?

V, comme…

Je prépare un truc qui me tient à coeur depuis longtemps (des années!), et qui me botte de faire. D’ailleurs voir des gens le faire me fait chaud au coeur !

Quoi donc ?

Voyager à vélo. Je vais sillonner ma région à vélo, en autonomie (tente encombrement minimal, etc). Je suis en train d’équiper mon vélo qui est basique mais sur lequel on peut mettre un bon porte-bagages et des sacoches de voyage.

Je ne pars que 4 jours parce que c’est la durée pendant laquelle je prête mon appart, mais je compte bien faire ça plus tard sur 10 jours, voire deux ou trois mois ! Voire plus, quand je croiserai l’homme que ça fait aussi tripper 🙂
Mon rêve ressemble donc à ça :


photo : cyclo-randonnee.fr

On a de la chance en France d’avoir des régions superbes, entre montagnes, vallées, champs et forêts… je commence par ça. Et pourquoi pas faire un tour jusqu’en Asie un jour ! Je suis déjà partie en rando à pieds (GR34 en Bretagne) avec ma tente sur le dos, en voyageant super léger. C’était juste génial. Le vélo me permettra de ne quasiment rien porter sur le dos, et de couvrir un peu plus de distance chaque jour.

En attendant, je rentre du vernissage de mon expo qui a lieu tout le mois d’août. Y’avait quelques amis, et même une journaliste de la presse locale.
Que de bonnes choses cet été… Et vous ?